peur de l'avion

Phobie(s) ? Apprivoisons nos peurs irraisonnées avec l’hypnose

La phobie est une peur orientée, une peur irraisonnée, des troubles anxieux qui peuvent gâcher la vie parfois au quotidien. La peur a une fonction de protection. Parfois salvatrice, cependant chez certains elle a des effets incapacitants voire handicapants.

Plein de situations peuvent générer la peur, voire une crise d’angoisse. Le facteur commun est le sentiment d’impuissance (ne pas contrôler ni l’esprit ni le corps), et le cycle qui s’installe : facteur déclencheur, peur de la crise d’angoisse, peur d’avoir peur, évitement ou validation. Cela s’auto-nourrit.

Autre facteur commun : la peur de la mort (pour soi ou pour ceux qui restent).
Les deux reposent sur notre capacité à imaginer le pire, à ce qu’on se raconte.
(Sorte de dialogue intérieur qui court-circuite le réel). 
Ex. Peur de l’avion, de l’ascenseur, du vide, des profondeurs, de conduire, des chiens, des oiseaux, des rongeurs, etc.

 

Agoraphobie, claustrophobie, peur du vide, arachnophobie, phobie scolaire, 

On peut avoir peur de rougir, peur de l’avion, peur de conduire, des ponts ou des tunnels, du ridicule, des maladies, de toutes sortes de bêtes… Aux agoraphobies, claustrophobies, vertiges, arachnophobies, phobies sociales trop connues, ont peut rajouter une liste quasi infinie de phobies car finalement que l’on parle de peur, de panique, d’angoisse, d’anxiété de stress, de malaise vagal ou de spasmophilie, le phénomène est toujours le même.

Plus on essaye de lutter consciemment contre son stress, sa phobie, son angoisse et plus ils se développent, plus ils persistent.
On appelle ce phénomène la réactance. C’est la peur d’avoir peur : soit on fuit la situation, soit on valide la peur…

Plus vous vous forcez à ne pas penser à vos problèmes et plus vous y pensez. Plus vous vous forcez à ne pas stresser et plus vous stressez. Plus vous vous battez contre votre phobie et plus elle tend à se renforcer.

Sortir du cercle infernal de la crise d’angoisse que génère la phobie.

Alors même qu’il n’y aucun signe extérieur de danger immédiat, le corps et l’esprit s’emballent, avec un sentiment d’impuissance et de perte de contrôle et le cycle s’installe avec la peur d’avoir peur. Sur le plan du ressenti, cela génère une souffrance intense, allant jusqu’à la peur de mourir (« j’ai cru que j’y restais, j’ai eu l’impression de crever »). Avec une expression physique marquée : jambes en coton, pensées obsessionnelles, sensation d’étouffement, tremblements, diarrhées, paralysie…

Soyons d’accord, l’anxiété est normale, elle permet la survie. Alors quand consulter ?

  • Quand la personne est consciente du caractère amplifié, absurde des symptômes.
  • Quand la phobie procure une gêne redondante et amène à redouter la crise d’angoisse (peur d’avoir peur qui entraine l’évitement ou la survenue de la crise).
  • Quand se déploie la capacité à imaginer le pire, les scénarios catastrophes (sentiment d’une sur-analyse constante).
  • Quand on a l’impression, une semi-conscience de devenir « parano » (ex. Quand l’esprit est livré à lui même et brasse une sorte d’anxiété sur le sens de la vie)

Les causes de la phobie

Sont en cause :

  • notre conscience de notre propre mortalité,
  • notre capacité à imaginer le pire,
  • notre mémoire émotionnelle qui se réactive inconsciemment comme un mauvais programme,
  • des traumatismes de vie sur des sujets connexes, inconsciemment (Ex. Un Burn-out qui atteint l’identité, le sens qu’on donne à sa vie peut entrainer la peur du vide ou des compulsions).

On a parfois l’impression qu’il y a une forme d’hérédité, mais il n’y a pas de gène de la peur, ni de la phobie. Il s’agit généralement d’une capilarité familiale qu’on nomme à tort « tempérament ». (« Dans ma famille on a tous peur des chiens », « J’ai toujours été anxieux »)
On trouve occasionnellement un événement déclencheur mais la plupart du temps il s’agit d’un dialogue intérieur inconscient (ce qu’on se raconte). Ce qu’on se raconte devient alors une croyance, un programme. Une fois que la phobie s’est installée, on « sait qu’on a peur », le corps reçoit le message et agit en conséquence, venant valider la croyance. C’est un cercle vicieux qui valide la souffrance quasi épidermique même si on ne sait pas d’où cela vient. C’est pourquoi on a l’impression que cela s’aggrave avec le temps : La vérité est qu’on ne nait pas phobique ; on le devient.

Phobie, angoisses, que faire ?

  • Certains se satisfont des cachets ou même de les avoir sur eux « au cas où ».
  • Des technique de relaxation (respiration, cohérence cardiaque) ou de visualisations positives peuvent aider. C’est un entrainement mais c’est accessible.
  • Accepter la situation, la réaction, la reconnaitre qui passe comme un orage. Habiter les sensations comme le proposent les TCC (thérapies comportementales et cognitives).
  • Se confronter à ses peurs, revivre l’expérience, pour la déprogrammer (ex : stage à Air France)
  • Faire tout cela sous hypnose, pour justement, ne pas revivre l’expérience.

L’hypnose permet de travailler directement sur notre inconscient et permet de changer la perception de sa peur pour revenir à l’évidence d’une vie normale.

Soyez rassurés, je ne pose pas d’araignée sur une personne agoraphobe !
Et si un trauma ancien « remonte », c’est très rare, mais si cela se produit, c’est bien aussi : c’est pour que nous travaillons ensemble à l’apaiser, voire à le désamorcer.

Lire aussi :

En résumé, vous êtes phobique si :

  • L’exposition à la situation déclenche une anxiété immédiate
  • La peur que vous ressentez est réellement excessive, déraisonnable,
  • La détresse est tellement intense que vous pouvez avoir une attaque de panique
  • L’évitement des situations déclenchant la peur affecte votre quotidien et limite votre liberté.​

C’est parce que l’on ne peut lutter consciemment contre ce type de trouble que l’hypnose est utile.

Formation hypnose (réservée aux praticiens) :
Vous êtes un professionnel de l’accompagnement en hypnose ?
Acquérez cette spécialité .

 

phobie
Témoignages

« Vertige » – Yacine (Givors) : C’est mon médecin du travail qui m’a parlé de l’hypnose : cariste, je devais lutter contre ma peur de tomber pour prendre un poste de pontier. Grace à vous c’est possible ! Merci encore !

« Peur de l’eau » – Miranda (Lyon) : J’ai toujours eu peur de l’eau, mais pour mes enfants, je voulais faire cet effort. On va à la Baule cet été et cette fois je serais dans l’eau. Merci de toute la famille !

« Sentiment d’insécurité » – Nadia (Brindas)
Bonjour Alice, je suis super contente de vous annoncer que je me suis inscrite à la sophro et aux cours de théatre. Mon mari dit que je rayonne. Il ne pense pas que ce soit lié à l’hypnose, mais moi je sais que si et c’est marrant car je me souviens très précisément de ce que vous avez dit pendant la séance et je vois aussi de beaux changements sur des choses dont on n’a pas parlé. Je suis vraiment ravie d’avoir découvert l’hypnose avec vous. A bientôt, je vous souhaite le meilleur !

« Peur des chiens » – Virginie (Genève)
Vous avez reçu toute la famille ! Merci pour ce que vous avez fait pour nous. Amicalement.

Prendre RDV
Tarifs
RDV en ligne